1,2 % d’augmentation

En tête SNSPP-PATS-FO 33

Le 26 mai 2016

Le ministère de la Fonction publique a publié hier au Journal officiel le décret portant majoration de la rémunération des personnels civils et militaires de l’Etat, des personnels des collectivités territoriales et des établissements d’hospitalisation. Ce décret augmente la valeur du point d’indice des trois fonctions publiques (Etat, territoriale et hospitalière) de 0,6 % à compter du 1er juillet 2016, puis de 0,6 % à compter du 1er février 2017. « La valeur annuelle du traitement afférent à l’indice 100 majoré est ainsi portée à 5 589,69 euros à compter du 1er juillet 2016, puis à 5 623,23 euros à compter du 1er février 2017 », précise le décret.
Cette revalorisation de la rémunération des 5,4 millions de fonctionnaires avait été décidée le 17 mars dernier par le gouvernement après plusieurs mois de négociation avec les syndicats.
Elle met fin au gel du point d’indice qui n’a pas été revalorisé depuis juillet 2010. « Pendant ces six années, les agents publics ont contribué au redressement des finances publiques. Cette revalorisation vient justement reconnaître les efforts accomplis par les personnels au service de la collectivité », a précisé le gouvernement lors du dernier Conseil des ministres. « Cette revalorisation représente 2,4 milliards d’euros d’effort pour le budget de la France, dont 552 millions d’euros pour la fonction publique hospitalière et 648 millions d’euros pour la fonction publique territoriale », selon la ministre de la Fonction publique, Annick Girardin. Côté agents, elle représentera, sur les plus bas salaires, une augmentation d’environ 14 euros par mois.
Interrogé par Maire info le 18 mars dernier, le président du CSFPT, Philippe Laurent estimait que « cette hausse de 1,2 % représentera en année pleine entre 700 et 750 millions d’euros », ce qui pèsera à l’évidence sur les budgets des collectivités locales (lire Maire info du 18 mars). Il rappelait que les collectivités et leurs établissements publics emploient plus de 1,8 million d’agents dont 76 % d’agents de catégorie C. Le coût de cette mesure vient s’ajouter, rappelons-le, à celui de la réforme des parcours professionnels, dite PPCR dont les premiers décrets d’application ont été publiés au Journal Officiel la semaine dernière (lire Maire info du 17 mai). Dans un communiqué, publié le 18 mars, l’AMF demandait « l’ouverture d’une négociation globale afin de compenser l’impact financier de ces mesures sur les budgets locaux déjà soumis à de très fortes contraintes ».
Autant de raisons pour les élus de demander que cette nouvelle charge soit prise en compte dans l’effort qui leur est demandé au titre de la nouvelle baisse de la DGF pour 2017.
La réponse, on le sait, devrait être apportée jeudi prochain par le président de la République en clôture du 99e Congrès de l’AMF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.